Apprendre à conduire un bobsleigh

Vous aimez les sensations fortes ? La vitesse ? Si oui, nous vous conseillons vivement d'apprendre à conduire un bobsleigh.

Né à la fin du XIXe siècle en Suisse, ce sport devint très vite l'une des activités les plus spectaculaires des Jeux olympiques d'hiver. Le principe est simple : descendre à toute vitesse une piste glacée à l'aide d'un traîneau monté sur patins. Conduire un bobsleigh est donc à réserver avant tout aux amateurs de sensations fortes : à pleine vitesse, ce petit bolide peut en effet atteindre les 150 kilomètres par heure !

La qualité du matériel est capitale
Réalisé à ses débuts en bois et en métal, le bobsleigh est devenu de nos jours un petit bijou technologique, construit à l'aide des matériaux composites les plus fins et résistants possibles. L'équipement à suivi la même voie et comporte outre le casque, des chaussures cloutées (nécessaires afin de pousser le bobsleigh au départ), une combinaison spécifique, des protections aux coudes et aux genoux ainsi que des gants et des lunettes.

Vient le moment du départ
Il s'agit d'un moment crucial : une bonne poussée du bobsleigh permet de prendre de la vitesse beaucoup plus rapidement. Conduire un bobsleigh n'est cependant pas le seul fait du pilote : il s'agit avant tout d'un sport d'équipe : quel que soit la version pratiquée (à deux ou à quatre), il y a le pilote à l'avant qui dirige, tandis qu'à l'arrière un autre équipier a en charge les freins (dans la version à quatre, deux autres partenaires prennent place au milieu afin de lester le bobsleigh pour qu'il prenne plus de vitesse). Le pilotage s'effectue à l'aide de cordes qui orientent les patins. La vitesse est telle cependant que la force centrifuge a tendance à faire dévier le bobsleigh vers l'extérieur dans les virages, ce qui nécessite alors de se pencher pour contrebalancer l'effet. Conduire un bobsleigh requiert donc énormément de coordination entre tous les équipiers.

Open source traffic analysis