Chèque : se prévenir contre les risques de fraude

Malgré le développement des moyens de paiements électroniques, le Chèque reste utilisé par des millions de français chaque jour afin de s’acquitter de la facture d’eau ou d’électricité, de payer son loyer, ou encore de rémunérer l’un de ses employés. Les fraudeurs sont eux de plus en plus nombreux à falsifier vos chèques.

La fraude par Chèque est un crime financier aussi vieux que courant ! On note trois types d’escroqueries relatives aux chèques. La première est la contrefaçon, mais il y a aussi la falsification ou le faux.

La contrefaçon
On parle de « contrefaçon » lorsque le Chèque n’est ni autorisé, ni émis par le titulaire du compte auquel il appartient.

La falsification
Un Chèque est dit « falsifié » lorsqu’il a été volé et qu’il n’est pas signé par le titulaire du compte bancaire.

Le faux
Un Chèque est « faux » lorsqu’il a été émis comme il se doit par son propriétaire, mais qu’ensuite le bénéficiaire a été rectifié ou le montant modifié.

Comment se prévenir des fraudes par chèques ?

Il y a plusieurs solutions pour éviter de tomber dans le piège des criminels financiers. La plus simple reste d’éviter ce moyen de paiement et de lui préférer les virements bancaires ou les transactions par carte bleue. Lorsque vous envoyez un Chèque par courrier, il est important d’utiliser une enveloppe assez opaque afin de ne pas laisser deviner la présence du sésame dans celle-ci. Il est également judicieux de garder vos carnets de chèque quelque part où ils sont en sécurité, chez vous sous clef par exemple. Enfin, si vous décidez de résilier un compte pour lequel vous disposez encore de chèque, détruisez-les.

Les fraudes sur internet : un fléaut en super croissance !
De plus en plus de fraudes concernant des chèques ont lieu sur internet via des sites de ventes aux enchères notamment. Voici le scénario classique : vous mettez en vente un bien, une voiture par exemple, un acheteur remporte l’enchère, souvent d’un pays étranger, il vous propose un Chèque d’une somme plus importante que celle qu’il vous doit afin de couvrir les frais de port vers l’étranger et de vous mettre en confiance. A la réception du chèque vous l’encaissez et envoyez l’objet en vous acquittant des frais de port, sauf que peu de temps après votre banque s’aperçoit que le chèque encaissé est faux, elle le rejete. Résultat, vous avez non seulement perdu l’objet envoyé mais aussi le montant de la facture payée au transporteur qui livre l’objet à l’étranger ! Soyez prudents.

Open source traffic analysis