Comment déterminer si on a une MPOC

La MPOC ou maladie pulmonaire obstructive chronique, atteint les poumons et y persiste pour une longue durée ce qui donne lieu à un ensemble de symptômes qui aident à déterminer si on a une MPOC.

Déterminer si on a une MPOC, cette maladie causée particulièrement par le tabagisme, repose sur une série de tests menés par votre pneumologue ou parfois suite à une simple constatation de la part du patient. Les symptômes pour déterminer si on a une MPOC, sont entre autres, un essoufflement inhabituel et la toux accompagnée d’une quantité accrue de mucus. Parmi les patients sujets à cette maladie, quelques uns affirment qu’ils ont la sensation de respirer à travers un élément fortement étroit. Cette maladie détruit doucement les voies respiratoires des poumons. Les tubes de respiration liés aux poumons se retrouvent donc endommagées. Elles sont de même, enflées et bouchées en partie. Il peut y avoir un autre cas d’endommagement des voies respiratoires localisés dans les sacs alvéolaires, situés à l’extrémité de ces tubes de respiration.

Les symptômes les plus révélateurs

  • Généralement dès qu’on est atteints de cette maladie pulmonaire, on arrive à déterminer si on a une MPOC. Celle-ci donne lieu à plusieurs symptômes tels que : l’essoufflement de manière brusque, le déformation du thorax qui tend à être en forme de tonneau, la respiration produit un bruit de sifflement. La MPOC peut se révéler également chez les personnes atteintes fréquemment d’infections pulmonaires comme la grippe ou la pneumonie. 
  • D’autres signes comme la sensation quasi-persistante de fatigue et chute de poids sans raison valable, peuvent se produire mais ne laissent pas à déterminer si on a une MPOC. Notez bien que l’essoufflement n’est pas toujours un signe de vieillissement.

Les personnes prédisposées

  • Il faut savoir que qu’un fumeur toute personne ayant déjà fumé peut contracter la MPOC. Afin de déterminer si on a une MPOC, sachez également que les individus donnant signe de besoin en alpha antitrypsine, peuvent souffrir de cette maladie si elles sont exposées régulièrement à la fumée ou lorsqu’elles ont été victimes de maladies pulmonaires pendant l’enfance. 
  • On peut souffrir de la MPOC lorsqu’on est jeune, mais les symptômes deviennent plus clairs une fois la quarantaine atteinte.

Les tests diagnostiques

  • Pour déterminer si on a une MPOC, un pneumologue peut être amené à vous réaliser quelques tests de diagnostique. La première méthode afin de déterminer si on a une MPOC, est la spirométrie. C’est un test fréquent et précis que l’on peut mener de manière simple au cabinet d’un médecin ou dans n’importe quel hôpital. Il suffit de souffler jusqu’à l’épuisement dans un tube relié à un appareil qui permet de calculer le temps nécessaire à l’expiration de l'air par les poumons. 
  • Essayez de localiser près de chez vous, un site qui dispense des tests diagnostiques de la grâce à la spirométrie. La radiographie pulmonaire peut aussi aider à déterminer si on a une MPOC ou à voir tout autre dommage dans les poumons. D’autre part, le test sanguin donne avec précision le taux d'oxygène dans le sang ainsi que le taux de dioxyde de carbone, et facilite ainsi la détermination de la MPOC.

Open source traffic analysis