Comment faire un sérum de vérité ?

Loin des descriptions que l'on peut lire dans les œuvres de fiction, le sérum de vérité est une substance pouvant être réellement obtenue par des moyens chimiques.

Ce type de produit est généralement utilisé par les services de police ou de gendarmerie dans le but de plonger la personne dans un état psychique bien particulier, afin d'obtenir de lui des aveux qu'il serait impossible d'envisager si le sujet était dans son état normal.

L'alcool, la première substance connue pour délier les langues.
Le premier sérum de vérité ne date finalement pas d'hier : en effet l'alcool et ses effets psychotropes sont connus depuis au moins l'Antiquité : il s'agit le plus souvent de la molécule d'éthanol, qui induit au niveau du système nerveux central un effet dit dépresseur ou psycholeptique, par action sur les synapses inhibitrices (connexions entre neurones dont la stimulation entraîne un ralentissement de l'activité nerveuse). Tout le monde a en effet en tête l'image d'un sujet ivre dont toutes les inhibitions sont levées, et qui peut alors raconter tout ce qui lui passe par la tête sans en avoir conscience. L'alcool est encore actuellement utilisé par les professionnels pour obtenir des aveux.

Substances psycholeptiques naturelles ou hémisynthétiques : de puissants psychotropes.
Outre l'alcool, il existe des substances plus ou moins naturelles capables de jouer le rôle de sérum de vérité : on peut citer le cannabis, les opiacés comme l'opium ou la morphine (effet identique à l'alcool), les champignons hallucinogènes et d'autres molécules dites psychodysleptiques (c'est-à-dire ayant un effet hallucinogène) comme le LSD issu de l'ergot de seigle. La liste des substances psychotropes naturelles ou synthétiques est très longue, et tous entraînent une modification de l'humeur et de la perception via une action sur les connexions neuronales.

Anesthésiques et barbituriques : la médecine au service de la vérité.
Un sérum de vérité peut également être un barbiturique, c'est-à-dire une molécule de la catégorie des anesthésiants : le thiopental en particulier est utilisé comme sérum. Il va agir comme dépresseur du système nerveux et entraîner une hypnose chimique, qui va permettre la "transe" du sujet.

Open source traffic analysis