Comprendre le chômage des jeunes diplômés

Tout au long du cursus scolaire, on souligne l’utilité des études longues traduisant la garantie d’un emploi sûr et généralement bien payé. Un contexte qui a aujourd’hui évolué avec le chômage des jeunes diplômés de plus en plus importants.

L’évolution des mœurs et l’expérience sont les principaux facteurs du chômage des jeunes diplômés. Ce qui suit retrace les grandes lignes qui ont amené ce contexte, et comment l’on peut combattre ce phénomène.

Une évolution des mœurs
Fut un temps où le diplôme donnait la garantie d’avoir un meilleur travail que les autres. Mais avec l’actualité du chômage des jeunes diplômés, on est récemment dans une nouvelle optique de pouvoir « au moins » obtenir un travail, voir que les longues études sont parfois devenues un facteur négatif à l’emploi. Les jeunes diplômés se retrouvent dans une situation paradoxale avec une insuffisance d’expérience (selon les critères des entreprises) pour obtenir directement des postes à responsabilité mais avec un trop plein de compétences pour prétendre à un simple stage. Egalement, les conditions fiscales du moment favorisent les emplois précaires de moins de six mois où les entreprises sont défiscalisées de toutes charges. Ainsi, les CDD et l’intérim sont devenus des conditions de stage courantes pour les jeunes diplômés qui, faute de suffisamment d’expérience, optent pour ce type d’emploi précaire plutôt qu’une situation de chômage souvent dure pour le moral.

L’expérience prime

Dans un marché fortement concurrentiel, l’expérience reste aujourd’hui aux yeux des entreprises la meilleure plus-value que peut détenir un Curriculum Vitae. Si l’enseignement théorique acquis dans un diplôme niveau Licence ou Master donnait un vrai bénéfice à son profil il y’a 30 ans, l’expérience du terrain est aujourd’hui la vraie valeur qui est recherchée sur le marché. L’exemple de la grande distribution montre qu’un poste de manager de rayon aura les préférences d’une personne de niveau BAC avec deux ans d’expérience dans le poste qu’un novice en la matière avec une licence, voir un Master. Ainsi, pour combattre ce phénomène du chômage des jeunes diplômés, les écoles privées optent désormais pour la validation d’un diplôme incluant des départs à l’étranger ou des périodes de stage qui dépassent les six mois, justifiant ainsi l’autonomie et l’adaptabilité d’un candidat. Dans ce contexte, la nouvelle filière en pleine expansion est l’alternance qui permet de conjuguer théorie et pratique avec l’accréditation d’un diplôme tout en développant son expérience en entreprise. Il n’est jamais trop tard pour se réorienter, alors réagissez avant que toute motivation s’en soit allée !

Open source traffic analysis