Découvrir les édulcorants alternatifs

L'aspartame est un substitut du sucre dans notre alimentation epuis les années 1980, mais depuis de nouveaux édulcorants alternatifs ont vu le jour.

L'aspartame a longtemps été remis en question quant à ses risques sur la santé humaine. Il est important de préciser aujourd'hui, qu'après de nombreuses études scientifique, aucun effets cancérigènes n'a été démontré aux doses journalières acceptables (DJA). La consommation actuelle se situe entre 2,8 et 10mg/kg, ce qui veut dire que même les personnes qui ingèrent une grande quantité d'aspartame quotidiennement (les personnes diabétiques, au régime) ont une consommation bien en-dessous de la DJA. Mais l'aspartame a cependant un inconvénient majeur, son goût ! l'amertume qui laisse derrière lui n'est pas du goût de tout le monde, ce qui a entraîné l'apparition de nouveaux édulcorants alternatifs pour satisfaire les consommateurs.

Le xylitol (E967)

  • C'est une substance d'origine végétale. Il est extrait à partir de l'écorce de bouleau (Betula alba). Il possède les mêmes propriétés gustatives que le saccharose (sucre) mais est deux fois moins énergétiques.
  • Il apporte de plus une sensation de fraîcheur, c'est d'ailleurs pour cela qu'il est très utilisé dans les friandises mentholées. Il permet aussi de lutter contre l'acidité buccale et stomacale.
  • L'union française de la santé bucco-dentaire en recommande l'utilisation journalière afin de lutter contre les attaques bactériennes sur l'émail dentaire.
  • Son index glycémique n'étant pas nul, il fait parti des édulcorants alternatifs à utiliser avec précaution, surtout pour les personnes diabétiques.

Le stévia

  • Il est le dernier né des édulcorants alternatifs. Pourtant utilisé depuis les années 1920 au Paraguay et au Brésil, ce n'est que fin des années 2000 qui a été incorporé dans notre alimentation. En effet, il a longtemps été considéré comme agent potentiellement abortif, théorie contredite à l'heure actuelle. 
  • Il n'est pas calorique, a un pouvoir sucrant quarante fois supérieur au sucre, et sa dégradation ne produit pas de déchets métabolique. Ce substitut au sucre commence à être de plus en plus utilisé dans de nombreuses boissons et produits allégés.
  • Il fait parti des édulcorants alternatifs les plus efficaces, mais malheureusement son coût de production et donc à l'achat, en freine la consommation.

Open source traffic analysis