Devenir luthier - Les formations possibles

Devenir luthier n’est pas une orientation que l’on prend par obligation mais bien par vocation, fabriquer des instruments à cordes étant un métier très atypique.

Lorsque l’on souhaite devenir luthier, on voue forcément une passion pour le domaine musical et ses instruments. Que cela soit la construction d’un violon ou la simple restauration ou ajustement d’une de ces pièces, la lutherie est un métier très technique qui demande un fort savoir faire. Heureusement, certaines formations de deux à quatre ans enseignent les secrets de réussite pour chaque artiste puisse réaliser son rêve.

Les particularités de la lutherie

  • Avant de devenir luthier, il est important de connaître les particularités de la fonction qui en font un métier d’art, pas à la portée de tous les candidats. D’une part le luthier forge des instruments à cordes comme ceux de la famille des violons mais, d’autres parts, l’artisan est souvent amené à les restaurer et les réajuster pour lutter et prévenir les dégradations du temps.
  • Il faut bien entendu avoir une approche authentique de la musique pour pouvoir réagir à chaque situation et chaque demande. Le métier est très artistique car il nécessite plusieurs connaissances techniques, allant du design du violon au travail du bois et dont le résultat sonore dépend fortement de la convergence de ces deux éléments.

Comment devenir luthier

  • Le métier de lutherie étant très spécifique, toutes les villes n’ont pas de formations adéquates. Avant le BAC, le CAP d’assistant technique en instruments ou le Brevet des métiers d’art de technicien en facture instrumentale sont les deux formations disponibles, en deux ans, et donnant une qualification à terme de niveau BAC. Au-delà, la ville de Mirecourt est la plus réputée pour devenir luthier puisque la culture de cet art y est présente depuis le XVIème siècle.
  • Le lycée de Mirecourt est ainsi le plus réputé dans son domaine pour devenir luthier avec une formation en trois ans, la première année consacrée à une mise à niveau et les deux autres à un enseignement alternant théorique et pratique. L’autre hypothèse est l’école internationale de lutherie d’art, dans la même ville, ou la formation est délivrée par l’exemple avec les élèves qui observent et reproduisent les gestes d’un maître luthier.
  • Après ces études, un luthier démarrera généralement autour du SMIC. Toutefois, après avoir acquis une expérience, il peut se mettre à son compte et développer une réputation et une clientèle qui peuvent avoir un vrai impact sur ses revenus. A titre d’exemple, la fabrication d’un violon selon le respect des traditions peut être revendu à partir de 5,000 euros et peut, parfois, dépasser les 10,000 euros.

Open source traffic analysis