Se prémunir d'une infection nosocomiale

Chaque année, environ 800 000 malades contractent une infection lors de leur séjour à l'hôpital. Un véritable problème de santé publique !

L’infection nosocomiale est incontestablement un vrai problème de santé publique par son estimation, son coût et sa gravité pour les personnes infectées. Une infection nosocomiale répond à des critères précis : elle se manifeste pendant ou après une hospitalisation, au minimum 48 heures après l'admission. Avant ce délai, on considère que l'infection était en incubation et a donc été contractée ailleurs. Le risque de contracter une infection à l'hôpital avoisine les sept pour cent bien que ce pourcentage puisse varier selon le service d´hospitalisation, comme par exemple les soins intensifs ou la réanimation qui peuvent atteindre jusqu’à 30%.

Qu’est-ce qu’une infection nosocomiale ?
L’infection nosocomiale se définit comme une infection contractée dans un établissement de soins, en général à l’hôpital, qui n'était ni en incubation ni présente à l'admission du patient. Ainsi, lorsque l'état bactérien du patient à l'admission est inconnu, l'infection est généralement considérée comme nosocomiale si elle apparaît après un délai de 48 heures d'hospitalisation. Ce critère est d´ailleurs applicable à toute infection.

Comment la contracte-t-on ?
L’infection nosocomiale peut être attrapée lors d’une intervention chirurgicale, par ponction, ou la mise en place d’un cathéter ...D’autres patients peuvent la contracter pendant leur hospitalisation en raison de défenses immunitaires très affaiblies (maladies cancéreuses, SIDA). A l'origine, cette infection est provoquée par un manque d’hygiène : l'absence ou une faible fréquence de lavage des mains  est en majorité une des causes de la transmission des bactéries.

Quel est le mode de transmission de cette infection ?
La transmission peut se faire par voie endogène – par l’intérieur - lorsque le malade s'infecte avec ses propres germes (flore bactérienne) ou par voie exogène – par l’extérieur – avec la transmission qui peut être liée par des infections croisées, transmises d'un malade à l'autre par le toucher, les instruments de travail du personnel médical ou encore des infections provoquées par les germes du personnel porteur des infections liées à la contamination de l'environnement hospitalier : eau (ex : légionellose), air, matériel, alimentation ...

Que faire pour lutter contre l'infection nosocomiale ?
En 1988, le ministère instaurait par décret la création de Comités de Lutte contre les Infections nosocomiales (CLIN). Chaque établissement hospitalier dispose obligatoirement d'un comité chargé d'aménager et de coordonner la vigilance, la prévention et la formation continue en matière de lutte contre les infections nosocomiales. Citons l’exemple de l'auteur Guillaume Depardieu, fils de Gérard Depardieu, amputé de la jambe droite après avoir contracté un staphylocoque doré d'origine nosocomiale.

Open source traffic analysis