SICAV : Comment béneficier des avantages fiscaux ?

L’investissement dans des SICAV (Société d’Investissement à Capital Variable) constitue un placement sûr. Encore faut-il avoir en tête ses caractéristiques afin d’en maximiser les avantages fiscaux.

Les SICAV font partie des OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) qui sont des fonds collectifs gérant des portefeuilles de valeurs. Le but est de mutualiser les risques et bénéfices d’investissements diversifiés. Elles sont gérées par des sociétés de gestion de portefeuille agréées par l’Autorité des Marchés Financiers dont l’investisseur devient actionnaire. Elles ont une maturité de moyen long terme.

 

Avantages et inconvénients

Les SICAV, par principe, sont des investissements sûrs puisque les variations d’un titre sont compensées par celles des autres. L’information est claire et précise car extrêmement réglementée, ce qui permet de comparer les rendements aisément. En contrepartie, le taux de rentabilité reste modéré. Les pertes à court terme sont possibles si la revente a lieu en période de baisse. Il faut également considérer les frais annexes : droits de souscription, frais de sortie en cas de revente avant terme et frais de gestion en particulier qui vont venir diminuer le gain à la revente.

 

Fiscalité particulière

Les SICAV bénéficient d’une fiscalité avantageuse : les plus-values sont totalement exonérées jusqu’à un seuil de 15.000 Euros de cession de titres par an. Si vous cédez pour plus de 15.000 Euros de titres, les plus-values seront soumises à prélèvement libératoire et prélèvements sociaux soient 31,3% en 2011. Seules exceptions, les parts détenues via un PEA ou une assurance-vie sont exonérés de prélèvements libératoires et donc seulement soumis aux prélèvements sociaux de 12,3%. Considérez également l’impact sur votre imposition sur le revenu, en fonction de la tranche dans laquelle vous vous trouvez.

 

Maximiser vos avantages

En résumé, l’investissement en SICAV sera optimisé en sélectionnant le fonds à partir des informations disponibles sur le livret (performances, risques…), en tenant compte de la totalité des frais associés, des droits d’entrée aux frais de gestion et de cession. Enfin, l’investissement sera plus rentable si vous cédez vos parts pour un montant annuel inférieur à 15.000 Euros.

 

Open source traffic analysis